Publié le: 28 mars 2018 à 10:25 par Marcus Blackwell 3,6 sur 5
  • 3,91 Évaluation de la communauté
  • Onze Évalué l'album
  • 5 Je lui ai donné un 5/5
Diffusez votre note 14

Westside Gunn a représenté pour Griselda Records au maximum l'année dernière; abandonner quatre projets, le plus notable étant un frappeur rapide avec le légendaire MF DOOM en WESTSIDEDOOM . Cette fois-ci, Westside fait équipe avec le célèbre producteur M. Green, qui a travaillé avec une grande variété de MC emblématiques de KRS-ONE à Snoop Dogg, pour un EP de six titres intitulé FLYGOD est bon… tout le temps .



La brièveté était définitivement une priorité pour ce projet car chaque chanson dure en moyenne environ deux minutes et demie pour un total qui ne gratte même pas un quart d'heure. Sa durée permet de supprimer la redondance de contenu qui aurait indéniablement condamné un effort de longue haleine. Le contenu et le style de Westside rappellent tout au long de Ghostface Killah à la fin des années 90. Son ensemble de compétences brille le plus sur Eight Seconds, un rythme plus détendu, adapté aux rap introspectifs, car les images de Gunn et les rap de style mafioso sont sur mille. Le Flygod proclame, des trous de balle dans votre immeuble / Emballage de coke sous un lustre / Doigts crampés après avoir ensaché tous les grammes pendant des années / Le bloc rempli de chimiste mais jamais passé la chimie / Maintenant, je tire mon professeur de chimie dans un Wraith comme souviens-toi de moi?



La production de M. Green révèle une chimie qui vous amènerait à croire que le duo travaille ensemble depuis des années. Ceci est mieux illustré sur une chanson comme Stash House, qui a une instrumentale trépidante avec une instrumentation de jazz déformée mais adaptée, idéale pour le récit vif de Westside sur tout ce qui concerne le gangsta.



Cela étant dit, les auditeurs peuvent se sentir lésés par les rap appropriés de Gunn à travers un couplet singulier qui donne l'impression que la chanson est incomplète. D'une certaine manière, c'est représentatif de l'EP dans son ensemble, où les disques ne maximisent pas tout le potentiel.

Le plus proche du projet, Brazy, a un son plus sombre sans batterie, juste une boucle continue, où le rappeur de Buffalo lâche un seul couplet qui, malgré une référence dépassée de Dwyane Wade Chicago Bulls, sert de finale efficace. Si FLYGOD est bon… tout le temps était la partition d'un film mafieux, cela serait sûrement joué dans les derniers instants où le gangsta rival sort victorieux. La piste s'estompe de façon sinistre, avec Westside se vantant de la boucle étrange, soutenu par un rire maniaque en arrière-plan.

clips musicaux rap et hip hop

Considérez l'EP comme une sortie suffisante pour les fans existants de l'écosystème minimaliste du Hip Hop, mais son emballage d'entrées n'incitera pas les têtes semi-curieuses à rechercher certaines des entrées actuellement au menu.