Publié le: 24 juil.2003 à 00:00 par K.B. Tindal 4,0 sur 5
  • 4,00 Évaluation de la communauté
  • 1 Évalué l'album
  • 1 Je lui ai donné un 5/5
Diffusez votre note 0

Je ne suis certes pas un grand fan de Black Eyed Peas, mais ce CD est définitivement différent. Si vous écoutez attentivement, vous pouvez entendre tellement d'originalité que cela le rend rafraîchissant. Ce que je respecte à propos de BEP, c'est qu'ils font de leur mieux pour illustrer chaque élément du hip-hop dans leur musique ainsi que dans leur spectacle sur scène. Avec leur dernière version, Elephunk peut être celui qui propulse BEP dans le courant dominant si la promotion est bonne. L'intro Cut Hands Up est un morceau rempli de corne rebondissant qui a un certain attrait de masse. Le deuxième morceau réutilise un riff que la plupart des chats hip-hop purs et durs n’utiliseraient pas. La fête du Travail est un nouveau concept sur des morceaux de «Night of the Living Base Heads par Public Enemy; Et sur quelques morceaux commençant par Lets Get Retarded, le nouveau venu Furgie crache des voix serrées. Ol 'girl a son propre son mais favorise également Alicia Keys et Teena Marie à certains moments. Le disque sonne comme une merde rafraîchissante. Comme lorsque les Fugees sont arrivés pour la première fois sur les lieux, ils étaient rafraîchissants. Ce ne sont peut-être pas les Fugees, mais cette version incitera certainement certains à se lever et à écouter de plus près. Le CD est une collaboration de riffs, de funk, de rimes, de voix et de rythmes et perd de la vapeur à certains moments avec toute l'originalité qui semble être partout, mais c'est quand même une sortie solide.



Latin Girls pourrait être poussé comme un deuxième single. C'est une déclaration d'amour audacieuse aux mamis cubains mexicains, portoricains et espagnols du monde entier. Les riffs de guitare glissent sur la piste sans effort et ça sonne bien d'entendre un groupe de personnes de différentes cultures rendre hommage à la beauté d'une autre culture; et encore une fois Fergie éclabousse le pont avec un peu de piquant.



Le son que dégage BEP ramène des éléments du début des années 90. Il y a tellement d'idées sur ce CD qu'il y en a pour presque tout le monde.

Fergie souffle son cul sur Fly Away. Dit Nuff. L'anxiété est une vraie torsion mais la frange commune. Il présente Papa Roach. Ouais c’est vrai, Papa Roach, et le concept est exactement comme l’indique le titre. Le morceau est plein de riffs de guitare et beaucoup d'anxiété. Certainement croiser le matériau.



La prochaine coupe finale est le premier single et c'est une ode à certaines vibrations positives de la musique et c'est finalement rafraîchissant. Where is The Love est une vérification de la réalité dont tout le monde peut avoir besoin ainsi que des chats de rue qui font ce qu'ils font bien, mais qui ont vraiment besoin de se donner l'opportunité de grandir et d'explorer des sujets plus profonds. Le disque est un effort de bonne humeur. Espérons qu'il obtiendra l'amour qu'il mérite. Allez voyous et voyous, vous pouvez toujours être un survivant avec une crédibilité dans la rue et réfléchir très profondément, tout comme KRS One l'a fait. Où est l'amour? Holla.